RESTOS-BARS

Où dîner en amoureux dans le 19ème ?

Chaque année, c’est pareil : on se dit que la Saint-Valentin, c’est surtout une fête commerciale, qu’il n’y a pas de jour obligé pour se dire qu’on s’aime… et en même temps, si on ne fait rien, on a un peu peur de créer un incident diplomatique… Bon en réalité, pour moi, c’est surtout un prétexte pour vous parler de mes trois restaurants préférés où dîner en amoureux dans le 19ème.

Le Balcon, directement au 7ème ciel

Au 6ème étage de la Philharmonie, le Balcon est l’une des rares adresses du 19ème, où dîner avec une vue panoramique sur Paris. Dans un décor chic et contemporain, conçu par l’architecte Frédéric Druot (quand on cite le nom de l’archi qui a conçu un resto, on comprend qu’ici le cadre compte autant que l’assiette, non ?), vous dégusterez une cuisine « goûteuse aux tendances bistronomiques », comprenez « des recettes simples mais revisitées, préparées à partir de produits frais de saison ». Par exemple, carpaccio de boeuf roulé façon maki, condiment kiwi, pomme Granny Smith, fruit de la passion et guacamole d’avocat AOC Menetou-Salon, joue de boeuf façon bourguignonne, sélection de légumes oubliés, gauffre de pomme de terre, purée de fenouil, fève tonka et pickles betteraves rouges & jaunes… Vous voyez l’esprit ?

Pour la Saint-Valentin, l’équipe du Balcon a imaginé un menu spécial à 55 euros (entrée-plat-dessert), en supplément de la nouvelle carte d’hiver. Un groupe de jazz apportera la touche finale à cette soirée parfaitement romantique. Si avec ça, votre Valentin(e) n’est pas au 7ème ciel, on ne peut plus rien faire pour vous !

Réservations par téléphone au 01 40 32 30 01 ou directement en ligne via la Fourchette.

Que du Bon. Tout est dans le titre.

Je ne vais pas vous mentir : autant je n’ai jamais dîné encore au Balcon, autant j’ai été plusieurs fois chez Que du Bon, et je n’ai jamais été déçue. Ils ont même réussi à me faire goûter… – et aimer ! – de la cervelle, une vraie performance pour moi qui avait plutôt tendance à frisonner de dégoût en lisant le mot. Régulièrement citée dans la presse, récemment encore par Télérama Sortir ou Gustave et Rosalie, ce néo-bistrot coche toutes les cases : une cuisine vraiment savoureuse faite maison, une carte de vins très soignée, dans laquelle le sommelier vous aide avec passion à vous repérer, une ambiance simple et conviviale, une équipe toujours aux petits soins, le tout pour un budget plutôt raisonnable compte tenu de la qualité. On ne passe pas par hasard par la petite rue du Plateau, en haut des Buttes-Chaumont. Par hasard non, mais pour Quedubon, si !

Quedubon, 22 rue du Plateau. Réservations par téléphone au 01 42 38 18 65 ou en ligne. 

Le Mensae, « la » table des Buttes-Chaumont

Comme j’aimais bien l’Hermès, qui occupait ce numéro de la rue Melingue juste avant, j’ai vu arriver d’un oeil un peu méfiant deux « anciens de Top Chef », Thibault Sombardier, chef étoile d’Antoine, et Kevin d’Andrea, depuis remplacé par Jun-sik Cho, anciennement à la tête des cuisines du BAT. Mais très vite, j’ai compris que nous n’avions pas perdu au change. Et à en juger par leur carnet de réservations bien rempli et par le fait que le Mensae attire des gourmands bien au-delà des frontières du 19ème, je ne suis pas la seule à apprécier cette cuisine délicate et inventive, qui revisite les recettes traditionnelles avec juste ce qu’il faut d’originalité.

Restaurant Mensae, 23 rue Melingue. Réservations au 01 53 19 80 98 ou en ligne

Leave a Reply